Revoir le webinaire sur le label Haie

Un label a été lancé en octobre 2019, le label Haie, qui vise à préserver les haies tout en appuyant le développement de filières haies-bois bocager durables.

Découvrez-le plus précisément au travers du webinaire diffusé le 10 mars dernier.

Plusieurs points ont été abordés :

  • Pourquoi un Label sur la haie ?
  • Présentation détaillée des indicateurs des deux cahiers des charges (gestionnaire et distributeur) et justification scientifique et technique des principes de la gestion durable des haies associée ;
  • Lien avec les fonctions écosystémiques assurées ;
  • Les étapes de certification ;
  • Déroulé d’un audit interne sur le terrain ;
  • Exemples de formation d’OCG (Organisation Collective de Gestionnaire portant le label) ;
  • Déploiement : quel accompagnement pour mettre en place le Label Haie sur son territoire.

Pour ceux qui préfèrent assister directement, une prochaine session de webinaire aura lieu le 9 avril dès 14h, avec le même ordre du jour, et via ce lien : https://zoom.us/j/582093445. Inscription non obligatoire.

Bon visionnage.

 

Plantation d’une haie à Roche-lez-Beaupré

Le 14 février 2020, FNE BFC et FNE 25-90 ont accompagné l’association de la Croix verte pour la réalisation d’une plantation d’une haie en bordure des parcelles de maraichage bio de Gérard Pavlinovac. Quelques bénévoles et surtout une classe de CM2 très motivée ont également prêté main forte pour planter les 110 mètres de haie composés d’essences locales : Sureau noir, Prunellier, Aubépines, Fusain d’Europe, Cornouiller sanguin, Viorne obier, Nerprun purgatif, Troène, Églantier, Tilleul, Noyer, …

Cette haie aura des fonctions de brise vent, de préservation de la biodiversité, de fourniture d’auxiliaires de culture et de production (fruits, fleurs, feuilles).

L’équipe de plantation !
L’équipe multi-générationnelle en action!
Beaucoup d’attention autour des jeunes arbres
Première plantation d’arbres pour de nombreux élèves

Constatation du défrichement de la forêt communale de Pernand

Ce samedi matin 25 janvier 2020, sur le terrain de la forêt communale défrichée de Pernand Vergelesses, les représentants des associations de protection de l’environnement (à savoir, Les Sentinelles de la Montagne Dijonnaise, le Comité des Associations et des Personnes pour la Protection Régionale de l’Environnement – CAPREN – , l’ONGE Forestiers du Monde®) toutes engagées aux côtés des membres du collectif local « La Jeannie » pour s’opposer à cette déforestation pour mise en viticulture recevaient M. Hervé BELLIMAZ, Président de France Nature Environnement pour la Bourgogne Franche-Comté.
Hervé BELLIMAZ, alerté par le CAPREN, avait tenu à faire le déplacement pour découvrir le lieu de ce massacre écologique et faire le point avec les citoyens engagés dans cette lutte pour laisser une chance à la nature.
Parmi les actions engagées : des saisines judiciaires déjà réalisées et celles à venir dont les premières décisions de justice qui devraient intervenir dans l’année 2020. D’après le compte rendu du conseil municipal de Pernand Vergelesses en date du 12 décembre 2019; 4 viticulteurs initialement intéressés par la location de ces terres communales défrichées ont finalement renoncé, ayant mesuré le risque de ne jamais pouvoir y planter le moindre cep de vigne, de perdre définitivement l’investissement financier et prendre le risque de ternir leur image si les décisions de justice donnaient raison aux protecteurs de la nature qui exigent le retour de ces parcelles sous le statut de forêt communale.
Ces viticulteurs ont ainsi bien reçu le message des associations qui les ont prévenus du risque de perte totale et définitive de tout investissement sur ces parcelles et du risque, pire encore, pour leurs appellations viticoles d’êtres associées à la déforestation. D’autres viticulteurs, utilisateurs de chimie, persistent à agrandir leur domaine quitte à sacrifier un espace naturel négligeant gravement le risque financier et de dégradation de leur image à l’international !
La mobilisation des associations engagées de protection de la nature ne faiblit pas, faisant de cette lutte un symbole local (autorisation illégale de défrichement), national (destruction d’espèces protégées au plan national), européen (destruction d’un site classé NATURA 2000) et mondial (atteinte aux valeurs qui prévalent pour le Classement UNESCO des climats du vignoble de Bourgogne) de la déforestation toujours à l’œuvre du fait des puissances financières bien décidées à faire plus d’argent au détriment de la protection de la nature et de l’environnement. Les destructeurs de la nature sont pour certains déjà amenés à répondre aux juges administratifs de leurs faits.

Soutien de la région dans vos projets de plantation

La Région adapte son territoire au changement climatique, en préservant la biodiversité qui est au cœur de ses priorités.

Le conseil régional apporte son soutien aux initiatives des collectivités, des associations et des particuliers pour la sauvegarde des variétés fruitières anciennes, la restauration et la plantation de haies bocagères, d’arbres et de bosquets.

Quels projets sont soutenus ? 

Plantation de vergers de sauvegarde

La Région apporte un soutien à la restauration de vergers anciens, à la création de vergers de sauvegarde (fournitures de plants, tuteurs, paillage, protections individuelles, travaux préparatoires et de plantation), la plantation de haies mellifères, l’installation de ruches et l’implantation de petits aménagements permettant l’abri et l’accueil de la petite faune auxiliaire des jardins et vergers (nichoirs, hôtels à insectes). Elle propose également une aide à l’édition de supports de communication et de valorisation pédagogique (plaquettes, panneaux).

Lien : https://www.bourgognefranchecomte.fr/node/895

Reconstitution du bocage et des paysages

La Région accompagne les projets de valorisation du patrimoine naturel avec restauration de haies champêtres. Elle propose un soutien à la réalisation des travaux de plantation de haies champêtres et de bosquets ou la replantation d’arbres isolés en secteur prairial.

Lien : https://www.bourgognefranchecomte.fr/node/896

Pour plus d’informations : 

Contactez Didier Dalançon, expert technique biodiversité à la direction de l’environnement

03.80.44.40.60 – didier.dalancon@bourgognefranchecomte.fr

-> Pour avoir des conseils techniques et/ ou expertises dans vos projets de plantation de haies champêtres / alignements d’arbres / arbres isolés :

Contactez Maxence Belle, chargé de mission Biodiversité à FNE BFC

09.72.17.81.53 – biodiversite@fne-bfc.fr

ou Séverine Guyot, chargée de mission Biodiversité à FNE BFC

09.72.17.81.53 – animation.biodiversite@fne-bfc.fr

Épandage de lisier : attention à nos ressources en eau

Il faut supposer que les cuves à lisiers débordent pour que des paysans en épandent en hiver, sur la neige et  par temps de pluie ! Voici des photos prises sur la commune des Fontenelles, par un de nos amis bénévoles. Elles montrent des épandages fin novembre et fin décembre de cette année!  Aucun agronome ne soutiendra que ce lisier profitera à la croissance des plantes ! Par contre, ruisseaux et rivières devront encaisser ces épandages  et la biodiversité aussi. Ces cas ne sont pas isolés et se font en pleine période de fraie des truites. L’absence de date d’arrêt des épandages en automne  fait criminellement défaut. On s’interroge sur la volonté  des responsables professionnels agricoles de tout mettre en œuvre pour sauver ces rivières si fragiles. Entre affichage et réalité, discours et contrôles, où en sont les services de l’État et les chambres consulaires ? Quels poids ont-ils sur le comportement des fauteurs de troubles écologiques que peuvent être leurs administrés ou leurs membres ? Depuis 2010, aucune amélioration n’a pu être constatée sur les rivières karstiques de nos départements !

Coup de pousse au jardin de Maé

Murielle a concrétisé un de ces rêves en 2017… le Jardin de Maé. Un havre de paix où les légumes et fruits poussent côte à côte et sont entourés depuis peu d’arbres champêtres. En effet, agronome de parcours, elle a connaissance des différents rôles des ligneux sur son parcellaire: réservoir de biodiversité, abri pour ces plantes cultivées, amélioration de l’infiltration de l’eau…. Murielle s’est ainsi tournée vers l’association France Nature Environnement Doubs-Territoire de Belfort pour avoir des conseils sur le choix des essences et sur les différentes étapes de la plantation. Ensemble, et accompagnés de FNE Bourgogne Franche-Comté et une vingtaine de bénévoles, ils ont finalisé ce projet en y plantant 300m linéaires de haies, le 19 février dernier.

Ci-joint, son blog avec quelques photos du Jour J: https://www.lejardindemae.com/blog-calendrier/plantation-des-arbres-bocagers

L’arbre et la haie

France Nature Environnement Bourgogne Franche-Comté s’engage depuis 2013 pour la préservation et la remise en valeur des haies, des arbres isolés et des arbres têtards de nos campagnes, constituant une véritable richesse patrimoniale au service de la biodiversité et de la qualité de l’eau : c’est le programme Biodiversit’haies. Celui-ci s’adresse aux collectivités locales, aux associations, aux agriculteurs et à toute personne souhaitant participer à l’amélioration du cadre de vie en milieu rural. L’animation du programme est réalisée en collaboration avec les associations locales et les associations membres de FNE Franche-Comté.

Que vous soyez élu ou citoyen, vous pouvez devenir acteur de l’équilibre des activités socio-économiques et de l’écosystème qui nous héberge.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour télécharger la plaquette de votre choix

Également, à votre disposition, des fiches techniques de conseils de réalisation, d’entretien et de valorisation de vos haies champêtres :

– Fiche 1 : Les distances de plantation

– Fiche 2 : Questions d’entretien

– Fiche 3 : Protection des haies et urbanisme

– Fiche 4 : Dispositifs agricoles en vigueur

– Fiche 5 : Aménagements fonciers

– Fiche 6 : Charte de l’entretien et valorisation

– Fiche 7 : Conseils d’entretien pour les haies de bords de route

Agroforesterie

RETOUR SUR LA CONFERENCE :

LES ENJEUX DE LA REINTRODUCTION DE L’ARBRE DANS LES ESPACES AGRICOLES

 

C’est pour parler d’un système d’exploitation agricole innovant et peu développé dans notre région, que FNE Franche-Comté proposait vendredi dernier une soirée conférence sur l’agroforesterie, accueillie par le Lycée agricole de Dannemarie sur Crête.

 

Cette présentation, basée sur les enjeux de la réintroduction de l’arbre sous toutes ses formes dans les espaces agricoles était réalisée par Séverin Lavoyer, directeur de l’Association Française pour l’Agroforesterie (AFAF). Cette conférence était organisée dans le cadre du programme de sensibilisation Biodiversit’haiesmis en œuvre par FNE Franche-Comté,qui a pour soutiens financiers le Conseil Régional, l’Agence de l’eau et la DREAL Franche-Comté.

 

Associer les arbres avec la production agricole

L’agroforesterie désigne l’association des arbres avec les cultures ou les animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ. Il existe une grande diversité d’aménagements agroforestiers : alignements intra-parcellaires, haies, arbres émondés (trognes), arbres isolés, bords de cours d’eau (ripisylves)… Ces pratiques comprennent les systèmes agrosylvicoles mais aussi sylvopastoraux, agrosylvopastoraux ou pré-vergers (animaux pâturant sous des vergers de fruitiers).
Les systèmes agroforestiers sont ancestraux et répandus dans le monde entier. En Europe, les arbres étaient traditionnellement présents au cœur et aux abords des parcelles. Certains systèmes ont perduré : pré-vergers, cultures intercalaires en peupleraies, noyeraies ou vergers fruitiers, truffiers et lavande ou vigne.
Après la seconde guerre mondiale et le développement d’une industrie pétrolière (énergie, chimie…), la démocratisation du machinisme agricole et des produits phytosanitaires a engendré une expansion des cultures et l’arrachage des arbres et des haies.

 

Des bénéfices réciproques

L’association de l’arbre avec la production est bénéfique à tous les niveaux et elle favorise la vie du sol. En effet les arbres apportent de la matière organique, par les feuilles, les branches et les racines qui se renouvellent et cette matière organique nourrit les habitants du sol. Ces phénomènes augmentent la fertilité du sol et participent aussi au stockage du carbone dans le sol.

Les arbres et les haies participent aussi à la régulation des populations d’organismes pathogènes, en hébergeant des oiseaux et des insectes antagonistes. Ils fournissent une protection contre les aléas climatiques, en pompant de l’eau dans le sol, en maintenant la terre par leurs racines, en dépolluant les eaux rejetées et les sols.

Les racines des arbres se situent sous les cultures car la souche de l’arbre en système agroforestier possède un système racinaire plongeant. On observe donc un enracinement en profondeur induit par la compétition des cultures. L’arbre isolé agroforestier possède une forte résistance au vent et un potentiel de croissance plus important qu’un arbre forestier. Tous ces éléments ont été observés au cours de nombreux programmes de recherches avec l’INRA.

 

Une augmentation de la production globale de biomasse

Le système agroforestier est plus productif car il maximise la capacité à fixer l’énergie solaire en augmentant la surface foliaire étagée.
Par ailleurs ces systèmes de production engendrent des mécanismes spécifiques bénéfiques pour la protection des sols et l’optimisation de la production:

– la remontée d’éléments nutritifs issus de l’altération de la roche mère par les racines profondes des arbres vers la surface (pompe à nutriments) ;

– l’interception d’éléments nutritifs ou polluants drainés au-delà de la profondeur des racines des cultures par les racines profondes des arbres (filet de sécurité) ;

– une redistribution nocturne d’eau dans le sol par les racines des arbres. Les racines en zone sèche exsudent de l’eau en provenance des racines en zone humide (ascenseur hydraulique).

Le principe de base est que la parcelle peut et doit être un réservoir d’eau. Les parcelles agroforestières sont par exemple moins exposées en période de sécheresse. Ainsi la présence d’arbres modifie le régime d’écoulement des eaux en faisant barrière au ruissellement, à l’érosion et à l’exportation de matière organique. Il permet également d’augmenter la macroporosité du sol et le taux de matière organique. En zone de pente, la présence de linéaire d’arbres permet d’induire un terrassement naturel.

Le sol permet au végétal de pousser et le végétal créé le sol et la fertilité, car sans végétal, pas d’activité biologique, pas de mobilisation des éléments minéraux. Ces systèmes génèrent des productions complémentaires, comme par exemple du bois, du BRF (Bois raméal fragmenté), voire des fruits et du fourrage pour les animaux.

 

 

 

Laigné-en-Belin-20150120-05036

Source : C. Claveirole

 

 

 

 

Source : AFAF

Source : AFAF

 

 

 

 

Conférence présentée par Séverin Lavoyer - AFAF

Conférence présentée par Séverin Lavoyer – AFAF

 

 

 

 

Une quarantaine de personnes étaient ainsi présentes pour écouter ces principes simples d’agronomie. La soirée s’est achevée sur un moment de questions et d’échanges autour de la formation des techniciens conseillers, la sensibilisation et le retour du monde agricole, la place de l’agroforesterie en production viticole, son avenir mais aussi par des questions techniques sur les essences à choisir, le bois raméal fragmenté (BRF) et sur l’économie générée par l’agroforesterie.

 

 

La Franche-Comté est au début de la mise en place de programmes agroforestiers. Cette conférence est une première étape pour le développement de l’agroforesterie dans notre région. Toutes les personnes intéressées peuvent prendre contact avec FNE Franche-Comté.

 

 

Livret légumes d’ici

Le livret légumes d’ici est consultable en ligne !

Repris en septembre 2013 et porté par l’association FNE Franche-Comté, ce programme « Légumes d’ici » avait été initié en 2009 par l’association anciennement appelée Franche-Comté-Nature Environnement. Sa mise en œuvre répond à 4 objectifs stratégiques :

  • Promouvoir le patrimoine maraîcher franc-comtois en insistant sur la diversité des légumes cultivés dans la région et en proposant des recettes de saison, simples et peu coûteuses.

  • Favoriser la connaissance légumière des consommateurs dans les secteurs défavorisés.

  • Donner l’envie de mieux manger en encourageant une alimentation responsable, économe en énergie, de qualité et bénéfique pour la santé des consommateurs.

  • Créer du lien et de l’échange : Faire vivre les acteurs locaux, donner du sens à la consommation, retrouver le goût du vrai et le partager avec le plus grand nombre.

Ainsi qu’à 4 objectifs opérationnels :

  • Faire prendre conscience à la population citadine ou péri-urbaine, l’importance, le plaisir et l’économie de consommer des légumes frais, de saison et produits localement.

  • Sensibiliser un public non initié et les inciter à modifier leurs pratiques alimentaires ;

  • Développer et soutenir l’agriculture « bio », locale et les circuits courts ;

Les actions été réalisées en 2013 et 2014 sont :

  • Création du livret : rédaction, mise en forme, graphisme , impression et diffusion

  • Projet pédagogique : mise en place et réalisation de 4 journées de formation à destination des animateurs de structures franc-comtoises liées à la thématique “alimentation”;

  • et réalisation de 10 animations grand public sur Besançon et son agglomération.

  • Coordination du programme, échanges avec bénéficiaires.

  • La constitution d’un bilan et d’un dossier méthodologique de réalisation du programme (consultables sur demande).

Ainsi, le livret “Légumes d’ici”, imprimé à 20 000 exemplaires et distribué largement,

peut être envoyé sur demande.

 

Il peut également être lu via l’outil calaméo, en cliquant sur l’image ci-dessus ou

disponible via le lien : http://fr.calameo.com/read/004168573b08a9cd3bed1